Ma maitresse

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ma maitresseJe l’avais souvent vue à la bibliothèque municipale où elle venait préparer ses cours de Math, alors que moi je cédais à ma passion de l’histoire locale. Pendant très longtemps nous ne sommes pas parlés, mais je sentais bien qu’elle me regardait, sans en avoir l’air, mais avec une certaine insistance.C’était une femme d’environ cinquante ans, vingt de plus que moi alors, grosse (pas loin de 100 kg) mais grande, avec une très forte poitrine qui saillait fortement sous son chemisier blanc sous lequel on devinait un soutien-gorge à bonnets très profonds, et avec pas mal de ventre malgré une robe flottante qui cherchait certainement à le dissimuler. Son visage, comme c’est souvent le cas, était plus beau que son corps, quoique d’aspect très sévère. Ses cheveux bruns coupés en carré très court commençaient à grisonner ; elle portait de fortes lunettes qui lui donnaient un aspect encore plus sérieux. Au total, elle avait l’aspect d’une intellectuelle et d’une femme sérieuse, de celles que l’on voit se rendre à la messe le dimanche, en tailleur et escarpins vernis un peu démodés, mais BCBG.Au total on percevait une forte personnalité, une femme habituée à commander et qui aimait certainement cela, ce qui allait se confirmer… Mais aussi une femme qui devait être seule parce que d’aspect peu engageant et surtout trop forte dans tous les sens du mot. Les hommes préfèrent rarement les grosses… et le plus souvent ils détestent les femmes qui les dépassent d’une tête et sont plus intelligentes qu’eux. Moi, c’est exactement le contraire, je trouve toujours un charme fou aux femmes de tête, même si leur physique n’est pas flatteur…Comme je ne lui parlais pas, que je suis un peu timide avec les femmes qui m’impressionnent et qu’elle se contentait de me regarder, les choses auraient pu en rester là. Si ce n’est qu’un jour elle s’avisa de laisser tomber sa règle ; comme j’étais pour une fois tout à côté d’elle, je me suis levé pour la ramasser et la lui tendre. Elle la reprit sans même un merci, mais en me regardant de façon bizarre, et j’eus l’impression désagréable qu’elle me jaugeait, comme elle devait jauger ses petits élèves. Cinq minutes plus tard, la règle retombait et je la ramassais de nouveau. À la troisième fois, alors que je tendais la main pour la ramasser, elle mit le pied sur ma main en appuyant légèrement. J’avais compris ; et donc c’est moi qui lui demandais pardon d’avoir placé ma main sous sa semelle… En trois mouvements elle m’avait fait comprendre ce qu’elle aimait, et avait compris ce que j’étais : un homme normal avec les hommes, mais qui rêvait d’esclavage avec toutes les femmes qu’il croisait, sans que celles-ci le sachent, se contentant de le trouver particulièrement serviable et gentil, avec un petit côté féminin qui les rassurait et leur plaisait souvent.À partir de ce moment ma belle enseignante commença à venir plus souvent à la bibliothèque et à me demander des services : aller lui chercher un dictionnaire, des fiches de demande de prêt qu’elle ne remplissait jamais, un café au distributeur… Presque à chaque fois, Annie – elle avait finit par me dire son prénom – me complimentait de façon appuyée sur ma serviabilité, faisant valoir de temps à autre, mais avec de plus en plus d’insistance que si les femmes avaient été depuis toujours soumises aux hommes, il était temps que ça change. Jamais elle ne renouvela le coup de la règle, ce n’était plus la peine puisqu’elle savait ce que j’étais. En même temps je sentais chez elle beaucoup de timidité et de pudeur, ce que montraient ses vêtements très classiques, son chemisier souvent blanc, ses petits escarpins vernis qui lui donnaient illegal bahis l’air encore plus âgée, et surtout l’air d’une paroissienne modèle. Lorsque j’appris de sa bouche qu’elle enseignait dans une école catholique de la ville connue pour la sévérité de sa discipline, je compris que ce style illustrait aussi son milieu social.Là aussi, les choses auraient pu en rester là si ma femme ne m’avait pas mis à la porte de son appartement de famille, presque du jour au lendemain, sans vraiment me laisser le temps de me retourner. Déboussolé par la chose, d’autant que ma femme s’occupait ordinairement de tout, je demandai conseil à Annie, sans chercher plus loin. À mon grand étonnement, car je pensais aller à l’hôtel le temps de trouver un petit studio, elle me proposa alors de trouver provisoirement refuge dans l’une des chambres de sa maison de famille. Sans plus me demander mon avis, elle me donna rendez-vous le lendemain à 18 heures, après la fin de ses cours, pour me montrer ma petite chambre et savoir si je voulais m’y installer.À l’heure dite, j’étais devant sa porte, étonné de voir une maison bourgeoise au-dessus des moyens d’une simple enseignante. Je sonnais, elle me fit entrer dans le salon qui lui aussi montrait l’aisance de sa propriétaire. Je lui faisais des compliments de sa belle maison. Elle me dit qu’elle lui venait de sa mère, et que son activité de professeur dans une école privée du centre-ville était surtout destinée à lui donner une activité, qu’au demeurant elle aimait. Elle ajouta qu’elle trouvait aussi un certain plaisir à tenir en main une classe d’adolescents, un peu turbulents de nature, et sur lesquelles elle pouvait expérimenter l’éducation sévère de sa jeunesse.Au cours d’une brève conversation, elle me fit comprendre que si elle me rendait service en me logeant dans une ancienne chambre de bonne, à l’étage, elle attendait de moi des services… dont elle ne précisa pas la nature. Elle me dit seulement qu’il faudrait au moins que j’envisage de faire son ménage, puisque sa femme de ménage était partie après une violente dispute. Elle me précisa que je n’aurais pas les clés de la maison et que je devrais respecter ses horaires pour entrer et sortir : 7 h 30 le matin, pas de retour après 21 h… J’avais le droit de me faire à manger dans une petite cuisine attenante à la chambre de bonne. Je commençais déjà à regretter d’avoir accepté son offre, mais il était trop tard pour revenir en arrière, et puis je sentais confusément qu’elle ne me disait pas tout.Heureux de trouver une chambre à si bon prix, j’acceptais néanmoins toutes ses conditions à venir, et j’obtins l’autorisation d’emménager après avoir été chercher mes affaires. Pendant quatre semaines, rien de particulier ne se passa. Je lui faisais le ménage, et de temps à autre elle m’invitait à dîner, préparant le repas mais se faisant ensuite servir à l’assiette. Le repas se passait presque sans que l’on échange un mot, mais elle commença de plus en plus souvent à me frôler de son ventre, de ses fesses, de ses seins à chaque fois qu’elle se levait pendant que je la servais, ou plus souvent pendant que je faisais la vaisselle, posant de temps à autre la main sur mon épaule, mon cou… Je comprenais maintenant ce qu’elle désirait vraiment, mais comme je suis passif avec les femmes, attendant qu’elles expriment leurs désirs ou leurs ordres, j’attendais… Enfin, voyant que je ne ferai pas les premiers pas, elle se décida à aller jusqu’au bout de son désir de me dominer et de se servir de moi à sa guise. En fait elle savait depuis longtemps que je n’attendais que cela.Un soir, après un repas très arrosé qui sentait le guet-apens, illegal bahis siteleri alors que je lui faisais la vaisselle, je l’entendis approcher à petits pas derrière moi. Je savais que c’était le moment qu’elle avait choisi… Je ne fus donc pas surpris quand, se collant contre mon dos et me saisissant fortement par taille avec son bras gauche, elle commença à me caresser la poitrine, puis les fesses de sa main droite sans rien dire, tout en m’embrassant dans le cou. Au bout d’un moment elle me retourna, se colla étroitement contre moi et commença à m’embrasser profondément en fouillant ma bouche avec sa langue, me tenant à deux mains derrière la tête pour m’immobiliser. Délaissant ma nuque de l’une de ses mains, elle l’introduit entre son vente le mien, puis se mis à me caresser lentement le sexe, en faisant de même pour le sien avec sa paume.Se retirant brusquement en arrière, elle m’intima l’ordre d’aller prendre une douche et de bien me savonner partout, en me disant qu’elle était très à cheval là-dessus pour tout ce qui dépendait d’elle. Cela me fit drôle d’être comparé à son mobilier ciré, mais je m’exécutais sans rien dire, après qu’elle m’ait indiqué l’emplacement de sa salle de bains et qu’elle m’ait montré la chemise de nuit en coton toute blanche, une des siennes, qu’elle m’affectait pour la nuit. Elle me dit aussi qu’une fois lavé je devais filer sans plus tarder me coucher « là bas », en me pointant sa chambre du doigt. Je m’exécutai…Une fois lavé j’allais me glisser sous les draps, dans une chambre dont la lumière était éteinte et qui n’était vaguement éclairée que par la lumière du fond du couloir, les rideaux de la fenêtre donnant sur la rue étant soigneusement tirés. La sachant très pudique et complexée par son embonpoint, je devinai qu’elle ne me rejoindrait que dans le noir. Elle attendit effectivement un moment, éteignit la lumière du couloir et vint s’allonger à côté de moi, sans rien dire. Dans la pénombre, j’avais pu deviner qu’elle portait une longue chemise de nuit blanche comme la mienne.Ce cérémonial et ce qui va suivre allaient se répéter jusqu’à aujourd’hui, quinze ans plus tard, où rien n’a changé sinon que la chose, qui se répétait chaque jour ou presque, se fait un peu plus rare car elle a maintenant 65 ans, même si elle a toujours le même appétit de domination, et même un peu plus grand, car elle sent que les choses ont une fin.Hier comme aujourd’hui, elle s’allongeait à côté de moi sans rien faire, puis quand son désir la travaillait trop, elle commençait à me toucher le sexe pour me faire bander, toujours sans rien dire. Parfois elle me suçait pour me faire bander encore plus dur, puis elle se mettait sur moi pour m’embrasser profondément en explorant ma bouche avec sa langue, tout en frottant lentement son sexe contre le mien à travers la chemise de nuit. Elle relevait ensuite ma chemise de nuit, puis la sienne, et continuait son mouvement. Comme elle est très large, même si elle n’a pas eu d’enfant, ou plutôt qu’elle a des grosses lèvres bien séparées et saillantes, elle arrivait parfois à s’introduire de cette façon ma verge toute seule, sans y mettre la main. Souvent, comme ça ne marchait pas, elle se l’introduisait mais toujours avec un mouvement d’humeur qui traduisait sa contrariété. Elle me traitait alors souvent de bon à rien, mais m’interdisait de prendre ma verge dans la main pour l’introduire. Je l’avais fais une fois au début de notre relation, elle m’avait giflé, puis m’avait immobilisé les poignets. Depuis elle agissait souvent de même pour m’interdire tout mouvement ou toute initiative.Après s’être introduit ma verge de cette canlı bahis siteleri façon, elle commençait à remuer pour faire un mouvement de va-et-vient. C’est parfois à ce moment qu’elle arrivait à se lâcher, surtout lorsque son excitation montait, et elle pouvait alors me dire des choses comme « tu la sens, je te la mets profondément ou bouge aussi ton cul salope », et je crois qu’en fait elle s’imaginait me baiser comme un homme. C’était aussi très excitant pour moi, car ma part de féminité remontait et je me sentais parfois dans le rôle d’une femme en train de se faire pistonner, en m’imaginant pourvu d’un vagin de femme et non d’une verge d’homme.Après qu’elle ait pris son pied elle me tombait toujours dessus en m’écrasant totalement vu son poids, les mains retenues par les barreaux du lit ou toujours fixées sur mes poignets, si bien que j’avais droit à l’odeur de ses aisselles poilues, en sueur du fait de la baise. Si elle me forçait toujours à me laver avant de me mettre au lit, ce n’était pas son cas jusqu’à une période récente, et cela faisait partie à ses yeux de son droit de partenaire dominant. Elle ne se lavait pas surtout lorsqu’elle savait qu’elle allait me forcer à lui lécher le sexe, afin de m’imposer son odeur de femme mature et de montrer qu’elle pouvait exiger de moi d’être un homme propre et pas le contraire.En règle générale je sentais son corps contre le mien, je pouvais parfois toucher ses seins, lécher ses tétons lorsqu’elle le désirait, mais je ne pouvais pas la voir nue. En quinze ans, je ne l’ai d’ailleurs jamais vue nue, hors du lit ou dans sa salle de bains. Mais lorsqu’elle s’agitait sur moi en perdant toute retenue et qu’elle n’avait pas bien fermé les rideaux de la chambre, lorsque l’été surtout elle avait fini par enlever sa chemise de nuit, je pouvais parfois admirer son corps sans qu’elle le sache vraiment, et en tout cas sans le montrer. Elle avait de très gros seins, assez mous et qui pendaient donc sur son ventre, avec des aréoles et des tétons très foncés ; sa chatte était si poilue que ça lui remontait haut sur le ventre ; on devinait de très grosses lèvres saillant fortement au milieu d’une motte elle-même très proéminente. C’était tout ce que j’aimais, mais n’ayant le droit de parler je gardais cela pour moi…Elle me baisait quand elle en avait envie et le temps qu’elle souhaitait, je n’avais rien à dire.Elle finissait toujours par se glisser de côté, toujours sans rien dire, et ne se lavait jamais après l’acte. Lorsqu’elle n’était pas trop fatiguée, elle revenait parfois sur mon visage, cuisses largement écartées et m’imposait de la nettoyer de « mes saloperies », m’avait-t-elle dit un jour. En général elle ne disait rien, mais restait comme cela tant que je n’avais pas aspiré goulûment et avalé tout ce qui coulait de ses lèvres. Parfois elle en rajoutait un peu, question de m’humilier lorsque je n’avais pas obéi suffisamment vite ou bien dans la journée. Avant ou après l’acte, elle allait sur le WC qui était contigu à sa chambre, pissait et me disait de venir, sans plus. J’avais compris, et lorsqu’elle se relevait sans s’essuyer avec un papier, dans la pénombre, il fallait que la nettoie. Parfois elle y ajoutait quelques dernières gouttes qu’elle avait réussi à retenir, pour faire bonne mesure et me remettre à ma place.C’est alors qu’elle me disait « dors, je suis fatiguée », ce qui ne l’empêchait pas de recommencer à me caresser, parfois à me sucer, mais il fallait que je dorme et donc je ne bougeais pas. Dans ces cas-là c’est qu’elle n’était vraiment satisfaite et elle regrimpait souvent sur moi dans la nuit, toujours sans rien dire.Aujourd’hui, quinze ans plus tard, malgré son âge, malgré les presque vingt ans qui nous séparent, je suis toujours aussi excité par elle, par tous les rêves lubriques que j’attache à notre relation, par le fait aussi qu’elle soit pour moi toujours aussi dominante.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*