suceur de bites dans les cinémas porno

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

suceur de bites dans les cinémas pornoDès que j’ai été majeur, une des premières choses que j’ai fait c’est d’aller dans un cinéma porno.A l’époque, au milieu des années 70, il y en avait près de 7 ou 8 dans l’arrondissement de Lyon où j’habitais alors.J’étais très intimidé quand j’ai acheté mon 1er billet, et comme je faisais plus jeune que mon âge, on me demandait à chaque fois ma carte d’identité ; tout au moins les premières fois car j’ai vite été repéré ensuite pour ma fidélité envers 3 de ces cinémas.Je n’avais pas de copine bien définie à l’époque mais j’étais intimement certain d’être hétéro, ce qui s’avéra très vite faux !En effet, dès le 1er film que j’ai vu, un type qui était à l’autre bout du dernier rang où je m’étais fait conduire par l’ouvreuse, est venu s’asseoir à côté de moi.Il a alors sorti sa bite a commencé à se branler lentement. J’étais un peu dégoûté et je m’apprêtai à changer de place quand il a mis sa main fermement sur mon épaule pour m’empêcher de me lever puis à poser son autre main sur mon sexe.J’ai eu honte car je me suis mis à bander immédiatement.Il a alors ouvert ma braguette et glisser sa main dans mon slip. c’était trop bon et je me suis laissé faire ; puis il a déboutonné mon pantalon, extrait ma bite toute raide et se penchant l’a engloutie dans sa bouche. Il m’a sucé rapidement et en moins d’une minute j’ai joui dans sa bouche en mordant mon poing pour ne pas crier de plaisir.Il s’est redressé en s’essuyant les lèvres puis m’a demandé de lui faire la même chose.J’étais un peu hésitant mais j’ai accepté de le branler bahis firmaları et l’excitation aidant, j’ai fini par me pencher sur sa bite pour la prendre en bouche.Immédiatement une forte odeur m’a fait reculer la tête mais il a alors appuyé dessus avec ses 2 mains en me disant doucement : » allez, suces, rend moi le plaisir que je viens de t’offrir »J’ai ouvert la bouche et englouti son gland ; j’ai été surpris de la douceur et de la chaleur, et l’odeur forte que j’avais trouvé rebutante au début commençait à me plaire et m’exciter.Je n’avais jamais sucé et ne savais pas trop comment m’y prendre, aussi j’ai essayé d’imiter ce qu’il m’avait fait avant et entamai des va et vient sur sa queue. parfois mes dents raclaient son gland et il me le fit remarquer une ou 2 fois avant que je comprenne la technique ; au bout de 3 ou 4 minutes j’avais mal aux mâchoires et voulut stopper mais il se raidit alors en donnant des coups de bassin vers le haut et en m’appuyant plus fort sur la tête. Il gicla 5 ou 6 fois dans ma bouche. J’ai failli m’étrangler de surprise mais le goût et la consistance de son sperme ne m’ont pas déplu, je dois avouer que j’ai même plutôt aimé ça. Un goût spécial, âcre, un peu salé, impossible à comparer avec autre chose.J’ai ressorti sa pine de ma bouche en serrant bien les lèvres et j’ai tout avalé. J’avais de nouveau une érection.En me redressant, je me suis aperçu que 2 types assis un peu plus loin nous avaient vu et se branlaientIl m’a demandé si j’avais aimé et je lui ai répondu, un peu gêné, que oui.Il m’a dit alors que je kaçak iddaa ne suçai pas trop mal pour un débutant et qu’il fallait juste que je fasse attention aux dents.J’ai eu envie de pisser et me suis levé pour aller aux toilettes ; il m’a suivi.Les wc étaient moyennent bien entretenus et ça puait la pisse. les pissotières murales étaient occupées par 2 vieux. A la lumière, je découvris que le mec que j’avais sucé devait avoir 50 ans environ. J’ai sorti ma bite et me suis mis entre 2 vieux, la seule place de libre et me suis soulagé la vessie ; ils mataient ma bite en se branlant ; ils devaient avoir la soixantaine. Leur toison grisonnante m’excitait.L’un 2 m’a caressé les fesses et je me suis mis à bander. L’envie de refaire une pipe m’a pris ; J’étais très excité et j’avais envie de servir de vide couilles ; le vieux s’est tourné vers moi avec sa bite en main ; j’ai été pris d’un moment de folie, je me suis agenouillé devant lui et à la vue de tout le monde, je l’ai pris en bouche; sa bite puait la pisse mais ce mélange d’odeur de bite et de pisse m’excitait. J’ai commencé à le pomper en faisant attention à mes dents ; il commençait à bien bander ; l’autre vieux est alors venu présenter sa bite devant mon visage.Je les ai sucé et branlé en même temps ; quand j’en avais un en bouche je branlais l’autre.Mon initiateur regardait en se tripotant à travers le tissu de son pantalon et me donnant des conseils : » vas-y, ressort la de ta bouche, descend lécher les couilles, reprend la et fais tourner ta langue tout autour du gland plusieurs fois et maintenant kaçak bahis pompe vite en aspirant et salivant »Ils ont joui presque en même temps ;j’ai avalé tout le sperme épais et abondant de celui que j’avais en bouche mais n’ai pas eu le temps de diriger la bite de celui que je branlai et ai pris la plus grosse partie en pleine figure ; le visage gluant de foutre je les ai nettoyé tous les deux avec la langue pour récupérer les restes de sperme.Ils m’ont remercié en disant que j’avais une bonne bouche à pipes puis sont sortis.Mon initiateur, qui s’appelait Jacques, m’a dit que ça l’avait excité mais qu’il était un peu crevé ; il m’a dit qu’il venait tous les vendredis soirs et se mettait toujours au dernier rang si ça me disait de recommencer une autre fois et que si je voulais il m’initierai à la sodomie, ce que je fis effectivement quelques semaines après.Je suis ensuite devenu complètement accro de ce genre de salle où je me rendais 2 à 3 fois par semaine, les vendredis soir, samedis et dimanche après-midi où je restais plusieurs heures et suçait jusqu’à 5 ou 6 mecs à chaque fois.J’étais fan de pipe et de sperme( je le suis toujours mais beaucoup plus raisonnablement) ; au cours des 5 années qui ont suivie, j’ai sucé des centaines de bites, de toutes les tailles et toutes les couleurs mais essentiellement des plus de 50 ans car c’était la majorité de la clientèle, et avalé sans doute plusieurs dizaines de litres de sperme.Mon record me reste en mémoire ; c’était un dimanche après-midi où en 4 ou 5 heures j’ai vidé les couilles à 17 mecs à la suite ; en sortant j’étais un peu écoeuré et j’avais mal aux mâchoires !J’avais l’impression de sentir le sperme, la bite ou la pisse. J’ai vite stoppé ce genre d’activité dès qu’en 1981 on a commencé à parler du sida.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*