Un savoureux souvenir

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Un savoureux souvenirIl y a plus d’une trentaine d’année, une collègue de travail (mariée très jeune) était devenu ma maîtresse et m’avait avoué avec émotion, avoir eut son premier orgasme avec moi. Ce qui prouve qu’à l’époque je pouvais encore avoir des relations sexuelles normales avec les femmes. Enfin, dans un premier temps…Très vite mes penchants pour la soumission se réveillaient et les femmes me découvraient tel que j’étais réellement. Ce fut le cas de cette collègue. Eprouvant des sentiments pour moi, elle fut dans un premier temps déçue par mes aveux car du coup, notre relation était gâchée.Cette jeune femme de 29 ans, étant d’un naturel riant, bonne vivante et assez moqueuse, se prit au jeu assez rapidement et notre relation évolua dans une direction qui m’excitait au plus haut point. Malgré les sentiments qu’elle éprouvait pour moi, devant mon caractère “particulier”, se firent jours chez elle des fantasmes troubles et certainement refoulés.Notre relation changea de style et je vécu quelques situations très excitantes. Il faut bahis firmaları dire que je la provoquait régulièrement en me masturbant quand je savais qu’elle allait venir dans mon bureau. La première fois, elle fut très surprise et très gênée mais très vite excitée. Quand elle comprit ce qui m’excitait vraiment, elle ne se priva pas de se moquer de moi en me traitant de petit branleur et même de pauvre mec, ce qui était assez fort comme insulte. Bien sûr cela m’excitait encore plus et elle le comprit très vite. Les fois suivantes, elle se moqua encore plus en me traitant de petite bite ! Paradoxalement, je pense qu’elle éprouvait toujours de la sympathie pour moi. Un jour qu’elle vint dans mon bureau, elle était en train de manger un biscuit. elle avait une idée derrière la tête.Elle me dit : ben, tu te branles pas aujourd’hui ? Allez sors ta p’tite nouille et secoues la devant moi ! Je ne me fit par prier et je lui obéis aussitôt. En moins de 20 secondes, j’arrosais le biscuit qu’elle présentait devant ma queue raide. C’était donc ça kaçak iddaa son idée mais elle ne s’arrêta pas là et me le présenta devant ma bouche en m’ordonnant de le lécher et d’en croquer un bout. Ce que je fit sans hésiter tellement la situation m’excitait. C’était la première fois que je goûtais mon propre sperme et ce n’était pas très agréable je l’avoue, terriblement humiliant mais incroyablement excitant ! Car le plaisir de la soumission/humiliation a ce paradoxe, cet équilibre bizarre entre la honte et le plaisir. Chez le soumis, le plaisir prend toujours le pas sur la honte… Ce fut ma première aussi forte expérience de soumission de ma vie d’adulte et encore aujourd’hui, j’en garde un souvenir ému. J’avais 27 ans.Elle renouvela l’expérience du biscuit et l’améliora en le gobant tout dégoulinant de sperme et en le recrachant par terre. Puis elle le piétina et me demanda de lécher sa semelle pleine de miettes engluées de mon sperme ! Visiblement, vu son sourire narquois, elle prenait un réel plaisir à me voir étaler ma langue sous kaçak bahis sa semelle souillée et à lécher en grimaçant ma semence au biscuit breton. Je pense que 35 ans après, elle doit s’en souvenir encore ! En tout cas moi, je m’en souviens.Avec le recul, je me rend compte que j’avais pris d’énormes risques car elle aurait put avouer ces anecdotes à ses collègues de travail. Je sais que les femmes entres elles sont très friandes de ce genres d’histoires croustillantes, surtout pour ridiculiser un collègue masculin. J’avais la chance je crois, d’être assez bien vu par l’ensemble de mes collègues. En fait, j’ignore totalement si elle en a parlé autour d’elles mais j’avoue que je me sentais parfois gêné lorsque je croisais des collègues filles dans les couloirs, surtout si elles étaient plusieurs et ricanaient quand je les croisais.Il m’arrive parfois de croiser de temps en temps cette ancienne collègue de travail mais nous ne parlons jamais de ce passé si savoureux à mes yeux. Après autant de d’années, le fait de relater cette expérience (c’est la première fois que j’en parle) fait monter en moi une douce et excitante honte à l’idée qu’elle ai pu en parler autour d’elle, Surtout qu’il m’arrive de croiser d’autres de ces anciennes collègues de temps en temps

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*