Une vie nouvelle III

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Une vie nouvelle IIIArrivé à la gare de Lyon, je cherche qui va m’accueillir. Je remonte le long du train et me dirige vers la grande salle. Toujours rien. Mon téléphone sonne. – allô ?- tu as fait bon voyage la pute ? Me dit une voix féminine à l’autre bout- euh oui, vous êtes où ?- c’est pas toi qui pose les questions. Tu vas prendre la ligne 1, puis tu descends à Châtelet-les-halles et tu te dirigeras vers le RER B- quoi, mais….- ne te fais pas attendre, je te rappelle là basJe suis un peu effrayé, seul dans cette gare, avec ma jupe courte et mes talons. Nous sommes le week-end et bien évident la gare est pleine. Je me dirige vers la ligne 1. La station est pleine. Je dois me faufiler pour atteindre le quai. Une fois à l’intérieur, on est tous serrés. Je sens un homme derrière moi qui à l’air de vouloir me coller. Une de ces mains se pose sur ma hanche gauche. Je ne sais pas trop comment réagir. Je le sens se coller un peu plus. Sa main descend et se faufile lentement sous ma jupe. Je vis une situation complètement inédite. Il me caresse les fesses. Je n’ose pas me retourner. Sa main vient se positionner au milieu de mes fesses, pendant que l’autre est sur ma hanche. Sa main passe sous mon tanga, je sens qu’il veut posséder ce cul. Un doigt se rapproche de mon petit trou, encore bien élargi par tout ce que j’ai vécu dans le voyage. Je sens ce doigt me pénétrer. Je serre la bouche pour ne pas crier. Les autres voyageurs ne semblent pas s’apercevoir de ce qui se passe. Son doigt s’enfonce un peu plus, jusqu’au bout. Il reste comme cela quelques minutes, son doigt rentrant et ressortant. Prochaine station. c’est là ou je descends. Et mon doigteur aussi vu qu’il se retire. Je sors de la rame et me dirige vers le RER B. – ne te retourne pas et avanceEst-ce mon doigteur qui me parle ? En tout cas j’obéis et avance dans le couloir. Nous prenons la direction de Châtelet. Entendre mes talons claquer sur le sol m’excite légèrement. Je sens que l’on bien que les regards sur moi sont nombreux. c’est ça aussi être une femme ? En même temps j’ai bien conscience de susciter de la curiosité avec un visage assez peu féminin. Mon téléphone sonne : – allô ?- dirige toi vers les halles et tu iras chez Etam chercher quelques sous-vêtements- je prends quoi ?- t’occupes, c’est déjà prêt tu n’auras qu’à essayer. Je te rappelle dans 30mn.Je cherche autour de moi, pas de trace de mon doigteur. Je pars vers les halles, et arrive devant la boutique Etam. j’hésite un peu à rentrer, en même temps j’en ai très envie. Une femme pénètre dans le magasin, j’en profite et lui emboîte le pas. Sauf qu’une fois à l’intérieur je ne sais plus trop quoi chercher, je me sens perdu. Une vendeuse, jeune et au style très décontractée vient à mon secours (enfin c’est ce que je pense). – je peux vous aider- euh oui, je viens chercher, euh, en fait je crois que c’est déjà prêt. Enfin il me semble.- ah je ne suis pas au courant, suivez moi on va voir ça avec la patronne.Nous allons vers les caisses. Une femme d’une cinquantaine d’années en train d’encaisser une cliente. – Chantal, vous êtes au courant d’une commande ?- à quel nom ?- euh Angelina je crois dis-je- ah oui je vois, réponds-elle avec un sourire. Marina tu t’en occupes, c’est derrière. Mais il faut que madame essaye d’abord.- ok, vous me suivez ?Nous récupérons les habits et nous dirigeons vers les cabines. – alors il y a un caraco satiné bleu, un débardeur décolleté, une jupe courte en cuir, une guêpière en dentelle, une paire de bas, un string, un tanga, et deux soutiens-gorge dentelle. Je pense qu’il faudrait essayer le corset et la jupe. Ou l’ensemble si vous préférez.Je rentre dans la cabine, me déshabille et essaye un string et la guêpière.- alors ça vous va demande Marina- euh je crois oui.- vous permettez dit-elle en tirant le rideau (sans vraiment me demander ceci dit en passant).Elle me scanne de haut en bas. – franchement, je suis bluffée. Ça vous va super. Vous devriez essayer la jupe, et je vous ai apporté une paire de bas pour essayer. L’effet que procure cette jupe en cuir est immédiat. Avec les bas, je me sens encore plus transformé.Marina passe derrière moi et ajuste l’ensemble. – ça vous donne beaucoup d’allure non ? Moi en tout cas j’adore.Je vais vers la caisse et retrouve la patronne. – alors Marina, tout allait ?- très bien- mademoiselle est satisfaite me demande-elle ?- euh oui très- bon l’ensemble a déjà été payé , donc on est bon.Je sors de la boutique, mon téléphone- tu es prête ?- oui, j’ai tout dis-je- va prendre le RERB et tu descends à le Blanc-Mesnil- hein quoi ?- dépêche , je te rappelle là bas Avec ma valise je pars vers la station. Vers les quais, pas mal de bandes de jeunes qui traînent. Style survet’, baskets, casquettes capuches. Je ne me sens pas très à l’aise, mais en même temps un peu excité par un vieux fantasme. Et je me fais rapidement abordé par une des ces bandes. – eh tu vas où comme ça ?- euh au Blanc-Mesnil- c’est pas très sur là bas, mais on va t’escorter dit-il en riant, n’est ce pas les mecs ?- ben ouais, il faudra pas qu’il t’arrive quelque chose dit l’un deuxLe RER arrive. J’ai une bande de 6 jeunes derrière moi. Je monte dans la rame, quasiment déserte. Je m’installe, les jeunes s’assoient à mes côtés et devant moi. – alors tu vas faire quoi à la cité ?- j’ai un rendez-vous- ah ouais et avec qui ? On connaît tout le monde là bas nous.- eh bien je ne sais pas encore- tu vas chez nous et tu sais pas qui tu vas rencontrer, t’es spéciale toi.- t’as un keum ?- hein euh…- t’as un mec ou quoi ?- euh non- ya quoi dans ta valise ?- Ahmed regarde dedansUn des jeunes ouvre ma valise et tombe sur mes achats du jour chez Etam. – putain les gars regardez moi ça- bon écoutez faut que je vous dise quelque chose, je suis pas une nana mais un mec.- hahahaha et alors tu crois qu’on l’avait pas remarqué. T’es peut-être bien gaulée mais quand même.- ouais et moi je trouve super bonneDes mains commencent à me caresser. Je ne veux pas leur montrer que j’ai envie d’eux dans cette rame. – non attendez dis-je- fais pas ta timideUn jeune devant moi se lève et baisse son jogging, il me présente son sexe déjà en érection. – suce sale pute. Il met sa main sur ma tête et me force à avaler ce sexe .j’ouvre la bouche et avale ce sexe plein de vigueur. – mmmmh ouais c’est bon ça.Deux mains m’enlèvent mon caraco. j’ai encore mon soutien-gorge. – allez putain suce ma bite, elle te plaît hein ?- ouais moi aussi suce moi. Un autre jeune vient se poster devant moi et me force à le sucer.Un jeune vient s’asseoir derrière moi et me pousse la tête dans le sens des deux bites en face de moi. Ses mains descendent jusqu’à ma jupe, qui descend le long de mes jambes pour finir au sol. Je suis juste avec mon soutien-gorge, mon tanga et mes bas. – mais quelle salope- ouais, elle suce comme une chienneLes bites se succèdent devant moi. l’un deux me prend la tête avec ses deux mains, histoire de bien m’enfoncer son pieu dans la bouche. – aaah je vais juter dans ta bouche pétasse.Il accélère le mouvement, et tout à coup m’envoie dans la bouche tout son foutre. – avale putainA peine j’ai fini d’avaler tout ce jus épais, qu’on me met à genoux sur le siège. – ça c’est du cul de salope- Rachid enlève lui sa culotte- ouais on va niquer cette salope.Une bite se présente devant mon anus. Et une devant ma bouche. – on va lui montrer ce que c’est des hommes !Je ne peux rien dire, j’ai ce sexe énorme dans la bouche. Derrière moi un des jeunes me pénètre complètement. Ses mains me tiennent fermement. Je me sens possédé, à la merci de ces petits caïds de cité. – alors Fatima tu as aimes ça les bites d’arabes ? Attends d’arriver à la cité, tu vas en avoir d’autres.- putain quel cul, je vais la féconder cette chienne, ah ouaaaaaaais tiens salope prends ça.Il me met un dernier coup et éjacule au fond de mon cul. – allez à moi. Un autre prend sa place et me pénètre direct.Les six jeunes profitent de moi, de ma bouche de mon cul. Les deux devant moi se retirent de ma bouche, je peux respirer un peu. Je continue à les branler.- mais c’est qu’elle aime la bite Fatima- elle finira au bled – haaaaaaaaa ouiiiiiiii saloooooooope. Celui est qui est dans mon cul se décharge dans mon ventre.- la place est libre, suivantUne troisième bite vient me perforer. Il rentre d’un coup. Sa main droite vient prendre mes cheveux et me tire en arrière. – Prends ça sale chienne, je vais te défoncer ton cul de salope.Leur vocabulaire m’excite encore plus. j’ouvre la bouche et une bite revient se loger. Il ne faut pas longtemps pour qu’elle vienne se vider de sa semence. j’ai du sperme chaud plein la bouche. Je sens que derrière moi Rachid ne va pas non plus tarder à se vider. – tiens fatmaaaaaaaaaaaaaa.Il se vide dans mon ventre. Épuisé je m’assois. – zyva ça c’est de la bonne chienne- allez on se casse les garsTant bien que mal je récupère mes affaires et me rhabille à la hâte. Je dois avoir une mine affreuse. Je descends sur le quai. Mon téléphone sonne. – allo ?- alors petite pute on se régale ?- ……- héhéhé il te plaît ton périple ?  j’espère parce que c’est pas terminé pour toi. Bon, tu sors de la gare, et tu vas vers l’hôtel juste en face. Tu prends une douche, tu te changes et tu attends tes prochains clients.- mais attendez…- la chambre est à ton nom, dépêche toi.Un petit hôtel, pas un Formule Un ou un de ces hôtels de rond-point. c’est déjà ça. – bonjour, j’ai une chambre au nom d’Angelina- Angelina ? Voyons voir ça. La réceptionniste, une femme d’une vingtaine d’années cherche sur son registre.- ah oui, Angelina, chambre 69 réservée pour deux jours et deux nuits.Deux jours deux nuits ???? à qui vais-je être vendu ? Qui va encore profiter de moi ? Les questions tournent dans ma tête et mon corps réclament du repos. Je rentre dans ma chambre, un grand lit et dessus une nuisette en satin noire. Un mot : »afin que tu sois la plus belle pute de l’hôtel ». je me déshabille et rentre dans la salle de bain. Ouf une baignoire. Pendant que l’eau coule, je défais ma valise et admire tous ces habits féminins. l’envie de me faire belle resurgit. En même temps je sais aussi que je vais subir les assauts d’inconnus qui se moquent de ma condition. Et j’ai aussi très envie de me sentir femme. l’eau chaude me fait du bien après toutes ces aventures. Je trouve plein de savons différents et des huiles. On dirait que tout cela est pour mon unique attention. Je nettoie avec attention mon corps. j’enlève quelques poils récalcitrants, notamment autour de mon cul. Je fais attention ce qu’il soit bien lisse. Après ce bain, je me passe un lait hydratant sur tout le corps, la sensation est délicieuse. Je me coiffe et me maquille légèrement.Je ne sais pas ce qui m’attend, et hésite devant le choix des vêtements. Pour le moment, je décide de mettre seulement un string et la nuisette. Je m’allonge sur le site et m’assoupis. c’est le bruit d’une porte qui s’ouvre qui me réveille. Je vois rentrer la jeune réceptionniste, accompagné d’un jeune homme, grand et plutôt costaud. Ils me dévisagent. – c’est elle, t’en penses quoi dit la jeune fille- plutôt pas mal- on peut se la faire, elle est là pour ça- attendez dis-je, des gens doivent venir.- nous d’abord dit la réceptionniste. Fred, t’as pris ton portable j’espère ?- bien-sur, on va pas louper une occasion pareille !Le dit Fred installe son ordinateur sur une table, et positionne une caméra. Il se connecte sur Chaturbate. – Lucie t’es prête ?- presque dit-elle en sortant de son sac différents sextoys, dont un gode-ceinture. Alors je t’explique le topo, mon mec et moi on est fait des shows régulièrement, et ça rapporte pas mal. Aujourd’hui tu es notre invitée.- mais je dois faire quoi ?- tu te laisses faire, tu fais la salope. Ah et ça serait bien que tu mettes une paire de bas. Ya du monde qui nous mate, on veut pas les décevoir.- euh combien ?- la dernière on était combien Fred ?- pas loin de 7000- alors ne nous déçois pas !!Je mets des bas et retourne sur le lit. Tout est en place. Fred et Lucie se mettent à mes côtés. – salut les amis, on a une petite surprise pour vous ce soir.- vous savez qu’on aime bien tout ce qui est inattendu, et on a un joli cadeau ce soir.- ce soir Angelina nous rejoint. On a pris cette jolie trav dans nos filets, pour notre plus grand plaisir, et pour le votre aussi.- je suis persuadée que c’est une grosse coquine qui n’a qu’une envie, c’est d’avoir la queue de Fred dans la bouche- et ton gode dans le cul- faites tomber les tokens si vous voulez que ça arrive !Le jeune couple m’entoure. Fred retire son tee-shirt, sa main gauche me caresse les jambes, elle remonte jusqu’à mon coup, passe sur ma nuque, il m’attire vers lui et m’embrasse. Lucie se rapproche et m’embrasse, nos trois bouches se mélangent. c’est si excitant, j’ai envie d’être à leur merci, d’être à leurs ordres, de les servir. Lucie retire son tee-shirt sarıyer escort et dévoile une paire de seins impressionnante sous un magnifique soutien-gorge. Elle attire ma tête vers ses seins. – tu les aimes ?- ils sont magnifiques dis-je- tu aimerais en avoir des comme ça avoue- mmmh oui je veux les mêmes- on devine des petites tétons sous ta nuisetteFred vient derrière moi, ses mains passent sous ma nuisette et me caressent lentement. Ding ding ding font les tokens. – nos admirateurs s’impatientent me chuchote Fred à l’oreille. Ses mains viennent sur ma poitrine.- mmmmh ouiii caresse moi.J’adore être entre ce garçon et cette fille. Lucie m’embrasse avec fougue,ses mains me caressent le corps. Ses mains commencent à tout doucement remonter ma nuisette. Je jette un œil sur l’ordinateur, le nombre de connectés est déjà à 500. Cela m’excite et me donne envie de devenir une belle salope, de me dévoiler à l’écran. Je remue mon cul pour bien le montrer. – mmmh mais tu es en chaleur dit Fred- elle a le feu au cul- j’ai envie de vous, baisez moi comme une puteLucie enlève tout doucement son soutien-gorge, en faisant durer le plaisir. Elle garde encore son jean slim. Mon Dieu ces seins, qu’ils sont beaux. Elle l’ôte complètement, je mets à genoux devant, comme en admiration et imploration. – qu’est ce que tu attends me dit-elle, caresse les !Je les prends dans chaque main, je caresse légèrement ses tétons. Je m’approche et lèche timidement son sein gauche. Lucie prend ma nuque et me plaque littéralement. Je prends en bouche ce sein offert. Pendant ce temps Fred derrière moi me caresse les fesses, je trémousse du cul pour lui montrer que j’aime ça. Il montre à la caméra mon string rouge. – quel jolie cul tu as ma chérie, j’ai hâte d’y mettre ma langueJe me cambre un peu plus, la tête entre les seins de Lucie. Fred en profite pour mettre une main entre mes fesses. Il écarte la ficelle de mon string, et caresse mon petit trou. Je réagis instantanément. – ouiiiiiiiiii. Je tire mon corps en arrière et viens chercher sa bouche. j’ai envie de sa bite. Je me tourne vers lui, il a le torse entièrement rasé, mes mains le caresse et descendent vers son jean. Il se met sur ses genoux, je défais sa ceinture, et déboutonne son pantalon. Il me prend le visage entre mes mains et m’embrasse. Je glisse une main à l’intérieur de son caleçon, et tombe sur un sexe déjà bien en érection. Lucie se colle derrière moi, ses mains sur mes hanches.- tu as envie de sa queue hein ?- oui je la veux- caresse là d’abord, tout doucementJe baisse légèrement son pantalon et sors du caleçon ce sexe tant attendu. Sa taille est impressionnante. Je le prend entre mes mains. Je le caresse en regardant Fred dans les yeux. – mets toi à quatre pattes devant cette bite me dit LucieJ’obéis et m’incline devant cet engin dressé. Oh que je la veux dans ma bouche. – que veux-tu dit Lucie ?- je veux sucer cette bite, je veux l’avoir dans ma bouche- parce que ?- parce que je suis une grosse salope dis-je- dis le face à la caméra que tout le monde l’entende bienJe regarde d’abord l’écran, 5000 connectés, les tokens tombent, les commentaires aussi : « bravo Lucie et Fred c’est une belle pute que vous nous avez trouvés là » « c’est quand que tu l’encules ? » « baisez la cette salope »……. je regarde la caméra, avec la bite de Fred dans ma main gauche. Prêt à la sucer. – je suis Angelina et je veux sucer cette bite car je suis une salope.- on ne vous avez pas menti les amis dit Lucie aux admirateurs.j’ouvre la bouche et avale cet engin. Je jette un coup d’œil à l’écran. Je me vois à quatre pattes avec ma nuisette et cette bite dans la bouche. Derrière moi Lucie profite de la position et relève ma nuisette afin de bien montrer mon string. – allez petite pute, montre à tout le monde comme tu suces bien dit-elle, et elle me met une bonne claque sur les fesses.Fred met sa main sur ma tête et m’impose un rythme. Que j’aime ça. Lucie me retire tout doucement mon string. Elle écarte mes fesses et commence à me titiller l’anus avec sa langue. Je suis aux anges. Je me défoule sur la bite de Fred. Je le suce très rapidement, puis je calme le rythme. – mmmmh j’adore comme tu suces, continue comme ça.Lucie me bouffe littéralement le cul, c’est juste divin. Je me cambre un peu plus pour bien lui montrer que j’aime ça. Je sens un doigt me pénétrer tout doucement. La bite dans la bouche m’empêche de parler, surtout que Fred me tient bien la tête, mais je pousse de petits gémissements. Lucie tout en caressant ma bite force un peu plus le passage dans mon petit trou. Elle vient et revient, l’agrandit un peu plus. Elle se retire doucement, je suis un peu déçu, j’aimais ses doigts. – regarde moi quand tu me suces me dit Fred.Je relève la tête, la bite dans ma bouche et le regarde. j’adore me sentir dominer de la sorte. Être à sa merci. – tu l’aimes hein ?De la la tête je lui signifie que oui. Lucie revient, je sens du gel appliqué sur mon petit trou. Mmmh que c’est bon. Ce n’est plus un doigt mais la main entière qui me pénètre. Sa main ressort et re-rentre, un peu plus profondément. jusqu’où va-telle aller ? Elle retire sa main, remet du gel. Elle positionne ses mains sur mes hanches. Je sens quelque chose de dur contre mon anus. – alors tu es prête ma chérie ?- à quoi je demande un peu naïvement- à ça !Et d’un coup je sens son gode me pénétrer- haaaaaaaaaaaaannnnnnFred m’agrippe par les cheveux, tire ma tête en arrière et me donne des coups de bite. j’ouvre la bouche, il remet sa bite dedans. Lucie enfonce un peu plus son gode en moi. l’image que je vois sur l’écran m’excite. Lucie se retire entièrement pour mieux me re-pénétrer. – ma chérie, dit Fred, on est tombés sur une véritable salope- j’en étais certaine, je crois que cette coquine mérite de se prendre un bon coup de bite, prends ma placeLucie se retire.- tourne ton cul vers la caméra afin de bien montrer comment il est ouvert- mmmmh il est comme j’aimeFred se positionne derrière moi et présente son sexe à mon petit trou. Lucie retire son gode et s’allonge devant moi. Elle écarte les jambes, une invitation à lui lécher la chatte. j’adore. – lèche moiFred rentre en moi. Il me tient par les hanches fermement. Le plaisir est immédiat. La tête entre ses jambes, je lèche le sexe de Lucie. Elle est complètement rasée. – mmmmh oui espèce de gouine, j’adore ta langue.- allez bouge ton cul me dit Fred, viens chercher ma queue.Tout en léchant le clitoris de Lucie je m’encule sur la bite de Fred, qui ne manque pas de me mettre des claques sur les fesses. Ding ding ding font les tokens. – merci les amis- allez vient sur moi me dit Fredil s’allonge sur le dos, la bite bien dressée. Une invitation. Je m’assois sur lui. Lucie positionne ce sexe devant mon petit trou.- empale toije descends tout doucement, je fais durer le plaisir. Que j’aime cette position. Fred me tient les fesses , c’est encore plus jouissif. – plus vite dit-ilJ’accélère la cadence. Lucie a pris la caméra des mains et vient nous filmer de plus près. Tout en filmant, elle vient s’asseoir sur le visage de Fred. – mmmmh comme c’est bon, oh ouiiiiiiii.- elle te plaît la bite de mon mec ?- je l’adore- dis le bien face cameraJe regarde la caméra qui me fixe.- j’adore la bite de Fred, j’adore qu’elle me pénètre.Pendant une bonne dizaine de minutes, je monte et descend sur cette bite. Puis sans se retirer, Fred se colle à moi et me retourne pour continuer à me prendre par devant. Il relève mes jambes et les posent sur ses épaules. Lucie en profite et vient s’asseoir sur mon visage. Elle se penche pour bien ouvrir son cul au dessus de moi. Elle prend ma bite dans sa main, elle l’avale complètement. Je me sens encore plus objet sexuel à leur service. Son petit trou est délicieux à lécher. j’hésite et puis le caresse avec un doigt. – mmmmh oui Angelina, rentre moi un doigt dans le cul, j’adore ça.Je mets un doigt dans son cul tout en lui titillant le clitoris. – oh ouiiiiiiiiiFred se retire doucement. Lucie et moi restons en 69 (position hyper excitante). Puis il vient derrière Lucie. À la vue de sa bite, instinctivement j’ouvre la bouche, et avale son pieu. Il me baise la bouche, puis la met dans la chatte de Lucie. Il alterne entre sa chatte et ma bouche. Lucie me suce tout en doigtant mon petit trou. Je ne sais pas combien de connectés nous regardent mais le spectacle doit être torride. Lucie se retourne et s’assoit sur sur mon torse, face à son mec. Sa bite est toujours dans ma bite. Ils s’embrassent. – je veux que tu jouisses dans sa bouche ok ?- tu n’en veux pas ?- je veux que tu lui fasses ce plaisir, elle l’a bien mérité.Je tire ma tête en arrière afin qu’elle rentre plus profondément. – mmmmh comme c’est bon, je sens que ça vient dit-il. Ho ouiiiiiiii- jouis mon chéri jouis !- oh ma puce je t’aime- mon amour je t’aime- oh c’est trop booooooooonFred se vide en moi, envoie dans ma bouche tout son liquide épais et bien chaud. – tiens, prends tout !- hé coquine laisse moi en un peuLucie s’allonge sur moi et vient me rouler une pelle afin de d’avaler elle aussi un peu du sperme de son homme. Nous nettoyons la bite de Fred à coup de langue. – oh oui les fillesNous restons quelques instants, collées à sa bite. Comme en admiration devant cet objet de désir brûlant. Je la caresse tout doucement, comme en remerciement. Je sens de la vigueur. – on en veut encore demande Lucie d’un air gourmand ?- je crois bien réponds Fred.- 8000 , on a fait le record. Ca mérite bien un bonusSans même attendre un ordre, j’ai déjà englouti cet engin. j’ai mal à la mâchoire, mais j’en veux encore. Je suce Fred avec une ardeur nouvelle. Mais je ne veux pas qu’il jouisse dans ma bouche. Je grimpe sur lui, sans même la toucher, sa bite me pénètre. Je le regarde dans les yeux, en lui prenant le visage dans mes mains.- cette fois, je veux que tu jouisses en moi.Pour la première fois j’ai l’impression de prendre un peu l’ascendant sur mes partenaires. Fred se relève, je mets mes jambes autour de se taille afin de bien être assis sur sa queue. Je me remue d’avant en arrière pour bien la sentir. – oh oui Fred tu me fais jouir, c’est si bon- je vais jouir dans ton cul- oh ouiiiii, jouis en moi- aaaaaaaaaaaah ouiiiiiiiiil se vide au fond de mon cul, nous nous embrassons. Lucie avait repris la caméra en main. Elle nous rejoint. – Angelina, tu étais si belle quand Fred a joui.- c’était tellement bon. Dites vous restez un peu avec moi encore ?- hélas non on doit y aller.Voyant ma déception, Lucie me caresse les cheveux. – mais tu sais on a passé un super moment avec toi. On aura peut être le temps de se revoir avant que tu ne repartes. Mais je crois avoir compris que tu vas être très sollicitée.- je ne sais pas ce qui m’attends.- bon écoute, quand tu seras toute seule, appelle moi et je viendrai m’occuper de toi.- j’aimerai tant être avec vous deux tout le temps- qui sait, un jour peut être dit LucieJe reste sur le lit à regarder mes amants se rhabiller. Je me retrouve seul, un peu triste, attendant la suite des événements. Une main plaquée sur ma bouche. Je sens la lame d’un couteau sur ma gorge. – si tu cries je t’égorge comme une truie ok ?Je ne sais pas quelle heure il est, cette voix dure me sort de mon sommeil. Un homme est assis sur moi.- t’as comprisJe fais oui de la tête. Il enlève sa main de ma bouche. Il se redresse, à genoux au dessus de moi. Il défait son pantalon, sors son sexe déjà en érection. – tu vas me sucer la bite et tu avaleras ce que je vais te donner, et si tu es sage je t’encule. Ouvre la bouche.Le réveil est rude. Sa bite baise ma bouche comme si c’était une chatte. – mmmmoui salope, t’aimes ça hein !!Ses mouvements s’accélèrent, il enfonce jusqu’au bout son pieu, menaçant de m’étouffer. Je lui fais comprendre que j’ai du mal à respirer. Il sort de ma bouche. – qu’est ce t’as la pute, t’arrives pas à respirer ? j’men bas les couilles. Avale.Il remet sa bite au fond de la bouche. Il accélère le mouvement, puis ralentit, alterne les moments, entre rapidité et lenteur. – mmmh oui tu as la bouche si chaude.Il att**** mes cheveux et m’oblige à suivre le rythme. – allez salle traînée, tu vas bientôt avoir droit à goûter mon jus. Je vais t’inonder la bouche.Il essaye d’aller encore plus profond, je sens tout son poids m’écraser. Puis ma bouche se remplit de tout son sperme. – tiens salope prends tout éructe-ilIl se déverse dans ma bouche, et avec sa main fait sortir le peu qu’il reste.- n’en perds pas une goutte pétasseIl sort la bite de ma bouche et la maintient fermée afin que j’avale tout. Je me force à avaler son jus qui descend dans ma gorge lentement. – il est bon hein mon jus ? Allez va te laver, j’ai envie de ton petit culje vais à la salle de bain prendre une douche. Au passage, je récupère une nuisette. Je sors de la salle de bains, revêtu esenyurt escort de ma nuisette. Mon inconnu est allongé sur le lit, adossé au mur, nu, la bite bien dressée.- ah te voila enfin, j’ai commencé sans toi pour ne pas perdre de temps.Même si cet homme fut violent avec moi, de voir sa bite dressée m’excite. Je m’accroupis sur lui et l’embrasse. Ses mains viennent me caresser les hanches et les fesses. – mmmh tu es une petite salope toi, je te menace avec un couteau mais tu en veux encore à ce que je vois.- j’ai envie de toi- alors tu attends quoi !!je descends le long de son corps et le couvre de baisers. Arrivé à sa bite, je la prends en main, la caresse. Elle est impressionnante. Je la lèche en partant d’en bas, et remonte jusqu’au gland. Tout en en la mettant dans ma bouche, je regarde cet inconnu. Il a ses bras derrière sa tête, il admire le spectacle. – voila, regarde moi quand tu me suces, t’aimes ça la bite hein !Sa main vient se poser sur ma tête. Ça m’excite, je me mets à quatre pattes pour bien lui montrer que je suis prête. – mmmmh tu veux que je te prenne poupée ?Je lâche un court moment son sexe.- ouiiiiiii s’il vous plait- suce moi encore alorsje remets ce sexe en bouche, tout en remuant mon cul. Que j’aimerai que quelqu’un débarque à ce moment et me prenne instantanément. – allez viensje remonte le long de ce corps. Je sens ses mains sur mes fesses. Un doigt vient titiller mon petit trou. Il prend du gel et en me caresse l’anus avec. Oh quelle sensation délicieuse, comme une douche chaleur. Je sens son gland frotter mon trou. – empale toi dit-il d’un ton direct et sans appel.Je descends doucement, son sexe me pénètre non sans quelques efforts. Heureusement le gel fait son travail. Je ne descends pas jusqu’au bout, je remonte légèrement pour presque ressortir. Puis je redescends, mais cette fois-ci un peu plus loin. Je sens son pieu à l’intérieur de moi. j’ai l’impression de ne pas pouvoir aller plus loin, mais j’avais oublié la taille de sa bite. Il me tient fermement les fesses. Je remonte et sors complètement, un grand vide se fait en moi. Il att**** ma nuque et m’embrasse. – mmmmh j’adore ta bite- et moi j’adore ton petit cul de salope.Le vide disparaît aussitôt, sa queue vient de remplir mon trou, et va jusqu’au bout. – haaaaaaaaaaaaaaaa , je lâche un cri- alors tu les aimes mes 20cm ?20cm ? j’ai 20cm de sexe en moi. Avec ma nuisette et accroupie sur cet homme, je me sens dans un état d’excitation totale. Tout en montant et descendant sur son sexe, je me caresse les tétons. Il aime ça. – oui bébé caresse toi, tu es ma femelle.Ses mains toujours sur mes fesses, il en profite pour me mettre des fessées. – allez bouge ton cul salope.- ha oui ha oui ha oui c’est trop bon, tu vas me faire jouir.Ses 20cm de chair me pilonnent, il accélère la cadence, puis s’arrête d’un coup, et repart. Au bout d’un moment il se relève et se met en tailleur, les jambes ouvertes, je reste assis sur lui, sa bite bien au fond de moi. j’entoure sa taille avec mes jambes.- fais moi jouir dis-je en le regardant droit dans les yeux.Je tire mon corps en arrière, les mains posées derrière moi. – oh ma salope je vais jouir dans ton cul- ouiiiiiii jouis en moi- ah putain que c’est bon, quel cul !- oh ouiiiiiii baise moi encore plus fort- sale pute tu l’aimes ma bite hein ?- ouiiiiiiiiiiiiii , je jouis-aaaaaaaaah ouaaaaaaaaiiiiiiis prends ça traînée.Il jouit en moi, je sens son liquide chaud m’envahir. – allez dégage maintenant !j’ai un peu de mal à bouger, mes jambes me font mal. – bouge je te dis, j’ai pas qu’ça à faire.Rude à tous les niveaux cet homme. c’est ainsi. Il se lève et se rhabille en vitesse. Je suis allongé sur le ventre et me remet de ce « traitement ». il s’approche du lit et me met une bonne claque sur les fesses. – mmmh très bon cul ça.j’espère pouvoir dormir un peu. Deuxième jour, je me réveille au petit matin. État des lieux, je suis au service d’un couple qui m’a « loué » à un autre couple rencontré sur internet. Ils me tiennent avec des photos plus que compromettantes, m’ont féminisé, transformé en bonne à tout faire, objet sexuel, et vont me prostituer sur le trottoir. j’ai depuis été baisé par des hommes, des femmes et des couples, quelle sera la suite ? Je suis dans un hôtel de banlieue parisienne, à la disposition de clients. Pour l’heure, c’est à moi que je vais devoir penser. Et pour commencer j’ai la dalle. Je file sous la douche, j’ai du mal à supporter mon odeur ce matin. s’habiller mais comment ? Si je dois encore avoir de la visite, autant être prêt. j’opte de suite pour la guêpière. c’est la première fois que je vais porter cela. Après avoir mis un string (mmh ce plaisir de sentir la ficelle dans la raie des fesses), les bas (là aussi sublime sensation sur les jambes), je passe la guêpière. La sensation, le plaisir est instantané. Je ne cesse de m’admirer dans la glace. Je finis avec la jupe en cuir et un chemisier blanc, que je laisse dépasser. Un peu de maquillage (j’ai encore des efforts à ce niveau), une goutte de parfum, et me voila prêt.e !! A la réception je retrouve Marina, qui en me voyant ne peut s’empêcher d’émettre un sifflement d’admiration. – mais qui voila….. dis donc ma chérie tu as un rencard ?- je sors m’acheter à manger, j’ai la dalle. Vous savez où je peux trouver quelque chose ?- ya un routier juste en face, mais habillée comme ça tu risques de finir sur la couchette d’un camion.Marina passe de l’autre côté du comptoir et vient vers moi. Elle passe une main dans mes cheveux et descends le long de mon corps. – tu portes quoi ma puce ?- j’ai une guêpière et un string- montre moi- mais ya des clients juste à côté- rien à foutre, soulève ta jupeJe lève un petit peu ma jupe, dévoilant mon string. Marina passe une main sur ma taille puis descend. – mmmmmh tu me fais envie coquine. Tu sais qu’avec mon mec on a adoré. On a fait exploser le compteur. Allez file, j’ai du monde qui m’attend.Elle me met une claque sur les fesses. Dehors, j’aperçois en face le routier. Une vingtaine de camion sur le parking. Pause de midi, les routiers ont faim. Et moi aussi, mais je crains d’être à leur goût et de passer pour le plat de résistance. Mon entrée dans le relais ne passe pas inaperçue. Aussitôt une trentaine de paire d’yeux se tournent vers moi. Je me dirige vers le comptoir. Tout le monde me regarde. Je sens que je fais envie à tous ces mâles. Au comptoir, un homme d’une cinquantaine d’années, dans le style armoire normande. – bonjour ma jolie- bonjour vous avez une table de libre ?- hélas tout est pris- ya une place ici si la petite dame veut bienje me retourne et aperçois une table avec deux hommes. – on veut bien vous accueillir- ha ben parfait dit le patron, asseyez vous, je vous amène la carte.- moi c’est Bogdan- et moi Antoni- euh je suis Angelina, vous venez d’où ?- Pologne, et toi ?- pas d’ici, juste de passage- ça fait plaisir d’avoir un peu de jolie compagnie, ya que des mecs ici dit Antoni.- prends ce que tu veux, on t’invite dit Bogdan. Hey Paulo, tu nous remets une carafe de rouge !Je choisis une andouillette avec gratin dauphinois. Quand mon plat arrive, cela amuse les deux polonais. – alors comme ça on aime les grosses saucisses dit Bogdan en rigolant !Sans vraiment faire attention à sa remarque, je dévore mon andouillette. – ça fait plaisir à voir, tiens reprends un peu de vin.À la fin du repas, je me sens mieux, mais le vin m’a peu saoulé. Antoni me ressers un verre. – non ça ira merci dis-je- haaaa non faut pas laisser ça, allez finis ton verre.- ho Paulo, t’as bien un digeo non, genre vodka ?- ouais j’tamène çaLe patron apporte trois petits verres et une bouteille de vodka. – ah ça va nous rappeler le pays- twoje zdrowiej’hésite devant mon verre. – ben alors Angelina on trinque pas ?- hop cul sec dit Bogdan d’un rire grasJe me décide à avaler le breuvage. A peine le verre posé Antoni me ressert. – haaaa ça fait du bien par ou ça passe. Allez Angelina finis ton verre.j’aime bien la vodka, mais là je commence à être bien ivre. – bon on paye et on y va dit Bogdan- ouaip et on ramène la petite dame- non mais ça ira dis-je- dans ton état ? Ça m’étonneraitje me lève mais j’ai du mal à tenir debout. c’est Antoni qui m’évite de tomber. – tu vois, il faut qu’on te tienne. Bon allez salut Paulo, à la prochaine- salut les gars, et bonne bourre dit-il en rigolant.Je sors du restaurant tenu de chaque côté par les deux polonais. – un coup de main les gars dit l’un des clients- non ça ira- vous pensez aux copains quand vous aurez terminé hein ?- on va où je demande ?- à notre camion, faut qu’on attende 2h avant de repartir- mais je vais vous laisser tranquille- mais non on va te tenir compagnie- mais….- allez allez te fais pas prier, puis tu es bien saoule pour qu’on te laisse toute seule sur ce parking.Nous arrivons à leur camion. Antoni ouvre la porte. – allez grimpe me dit-il, on va te faire visiter.Je me hisse dans le camion, je sens deux mains qui se posent sur mes fesses et me poussent. – va sur la banquette tu seras mieux.Je m’assois à l’arrière sur un lit assez large. Antoni baisse le store du pare-brise, ainsi que ceux des fenêtres. – on sera mieux comme ça.Ils s’assoient à mes côtés. – On est pas bien là ?- euh si, je réponds mais je suis un peu dans les vapes- ah fallait pas abuser de la vodka ma jolieBogdan met sa main sur ma cuisse. – j’aime beaucoup ta façon de t’habiller sur sais .Sa main remonte jusqu’à ma jupe. Antoni fait de même sur mon autre cuisse. – non attendez dis-je- chuuuut on veut juste passer un peu de temps avec toi- tu nous plais, puis tu nous as bien chaufféeBogdan commence à déboutonner mon chemisier et laisse apparaître ma guêpière.- hey Antonin regarde moi ça- mmmmh mais t’es bonne toiSa main remonte jusqu’à mon coup, il se rapproche de ma poitrine, embrasse ma poitrine, remonte jusqu’à mon coup, puis jusqu’à ma bouche. Il m’embrasse. J’ai envie de le repousser mais l’alcool me dit de faire le contraire. – non s’il vous plait….- laisse toi faire  dit Antoni- tu croyais quoi en venant ici ?Leurs mains ôtent complètement mon chemisier. – la nana qui débarque dans un routier habillée en pute et qui fait sa mijaurée !Les deux m’embrassent dans le coup, je sens qu’on me retire ma jupe. Antoni et Bogdan admirent le spectacle. – ben mon pote on en a de la chance dit Bogdan- j’tavais dit que c’était un bon coinQuatre mains se baladent sur mon corps, me pétrissent, me caressent, me malaxent. Ils m’embrassent chacun leur tour, leurs langues pénètrent au plus profond de ma bouche. – putain t’es à croquer ma salope- putain de trav’, j’en ai rarement vu des comme ça !Une main descend jusqu’au string et vient caresser mon anus. – mmmh c’est tout lisse par icileurs mains écartent un peu plus mes cuisses. Antoni vient devant moi, et met sa tête entre mes jambes. Il écarte la ficelle de mon string, son visage s’approche de mon cul. – j’adore les trous du cul bien lisse, je vais te lécher comme il se doit ma salope.Sa langue vient me caresser, avec ses mains il appuie bien sur mes arriere-cuisses pour bien m’ouvrir. Bogdan s’est redressé, il défait son pantalon, et sors son sexe qu’il me présente. – allez taille moi une belle pipe dit-il avec sa main droite qui agrippe mes cheveux.J’ouvre la bouche et accueille son engin. Assez rapidement sa bite prend de l’ampleur, je la sens grossir dans ma bouche. Je la caresse en même temps de la main droite. Pendant ce temps Antoni fouille mon petit trou avec sa langue. Un doigt se présente, et s’enfonce tout doucement. Je ne peux m’empêcher de gémir. Sous l’effet de l’alcool, mon cul s’ouvre. Son doigt s’enfonce. Il le retire pour mieux me lécher. Par ces coups de langue, j’écarte un peu plus les cuisses. La bite de Bogdan est en pleine érection dans ma bouche. – mouais continue comme ça ma chérie !Mon petit trou s’ouvre de plus en plus grâce à la main d’Antoni. Deux doigts viennent me pénétrer, puis un troisième. – tu t’ouvres facilement petite, tu dois en voir passer des bites ! Voyons voir si tu encaisses bien la mienne.Il retire ses doigts, présente son gland devant mon orifice, se fraye un passage. – mmmmmm…… je ne peux m’empêcher d’émettre un son de protestation.Sa bite est en moi, mais ce n’est que le début. J’ai beau avoir été baisé pas mal de fois ces derniers jours, celle-ci a du mal à passer. j’aimerai qu’il se retire, mais avec la bite de Bogdan dans la bouche je ne peux rien dire. Au contraire il continue sa progression en moi. – t’es pas contente ? Dans 2mn tu me supplieras de te baiser, chienne !- quelle bonne suceuse dit Bogdan, tu est faite pour ça ma cochonne- regarde moi ce trou dit Antoni qui vient de ressortir. Allez j’y retourne.Sa bite revient en moi, mais cette fois il va plus loin. jusqu’au bout. Je sens ses poils sur mes boules. – atten…….- ferme là putainje n’ai pas eu le temps avrupa yakası escort de parler que Bogdan me refourgue sa queue dans ma bouche. – on tourne dit Antoni ?- allez, mais je veux la prendre en levrette- t’as entendu ? À quatre pattesje me retourne sur la couchette, et me positionne. Antoni vient s’asseoir devant moi. – allez ma belle, suce- putain ce cul dit Bogdan, j’y rentre direct.- haaaaaaaa…… il rentre d’un coup- suce je t’ai dit.La main sur ma tête, Antoni me force à le sucer. – je vais prendre quelques photos de ce cul, ça nous fera des souvenirs.- Haha ouais, tu me passeras l’appareil après.Bogdan prend une série de photos de sa bite au fond de mon cul. – et hop quelques photos de ce garage à bite, les copains vont être jaloux.- passe le moi, tiens salope regarde moi, je veux immortaliser ce moment.Toujours la bite d’Antoni dans la bouche je le regarde me prendre en photo. Clic, clic, clic.- tire ta langue.Je sors ma langue, il met des coups de bite dessus, et déclenche l’appareil. – splendide, attends la vue d’ici est pas mal aussi, je vais prendre son cul en photo.Clic, clic,clic. – oh putain en levrette elle est trop bonneBogdan m’agrippe de chaque côté, ses mains puissantes me tiennent fermement. – je la ramènerai bien au pays qu’est ce t’en penses Antoni ?- c’est clair, elle bosserait pour nous, avec tous les copains routiers on se ferait un max de thune.Là j’ai peur, ces deux routiers parlent de me ramener avec eux en Pologne afin que je fasse le tapin pour leur compte. – ou mieux, on la loue au bordel à Lódz- putain ouais et en échange on pourra y aller gratos- haha on va te préparer ma salopeJe panique, finir dans un bordel ? Dans un pays que je ne connais pas. Mais ce n’est pas ça que je veux. j’aime le sexe, mais pas comme ça, je ne veux pas finir comme un objet aux services des hommes. Mes deux polonais de déchaînent sur moi, la situation les excitent au plus haut point. – putain je vais bientôt jouir dit Antoni- ah ouais moi aussi, attends on va lui jouir dessus ensemble- ouais allonge toi sur le dosje m’allonge, Antoni et Bogdan viennent de de chaque côté, leur bite bien dressée afin que je les finisse avec ma bouche. Je passe de l’une à l’autre. – mmmmh ouais c’est bon comme ça- une vraie bouche à pipe- ah ouais je sens qu’ça vient, mmmmmmh ouaaaaaaais, c’est trop booooon- vas y Bogdan inonde là- ouaaaaaaaaaaaaaais putainBogdan enfonce sa bite jusqu’au bout dans ma bouche et déverse tout son foutre. – avale salopej’ai du mal à tout avaler, son épais liquide descend le long de ma gorge. Je me retiens pour ne pas vomir. – il est bon hein mon jus ?- attends c’est pas fini dit Antoni. À mon tour maintenant.- haha quel pied putain- ouaaaaaaaaaais c’est bon ça, salope tu vas tout prendre.Dans sa fougue Antoni s’assoit carrément sur moi, ses mains att****nt ma tête. – putain de chienne, prends çaaaaaaaaaaaAntoni m’envoie tout ce qu’il a au fond de ma bouche. Avec ses doigts il appuie bien sur sa queue afin de faire sortir les dernières gouttes. Il se remet sur le côté, leurs deux bites juste au dessus de ma bouche. – allez nettoie maintenant.Avec ma langue, je lèche ces deux glands et avale les dernières gouttes de sperme présentes.- mmmh t’es un bon coup ma salope- ouais, on a bien mérité un peu de repos- je vais vous laisser alors dis-je, en espérant profiter de l’occasion pour m’échapper- tututut… tu restes avec nous dit Bogdan- ouais on en a pas fini avec toi.Un téléphone sonne. Le mien.- mon téléphone, dis-je, je dois répondre.- vas y- allô- alors comment va ma petite pute ?- euh qui c’est ?- ta Maîtresse voyons, qui veux-tu que ce soit- ho, bonjour Elodie- pardon ???- excusez moi, bonjour Madame Elodie- tu pars deux jours et tu oublies vite le Règlement- non non, c’est juste que j’ai été très occupé- ça je veux bien le croire, tu es où en ce moment ?- euh à l’arrière d’un camion- seule ?- non, avec deux chauffeurs- tiens tiens, passe les moi et mets le haut-parleur- on veut vous parler, et je tends le téléphone à Antoni- allô dit Antoni- bonjour je m’appelle Élodie, je suis la propriétaire d’Angelina- enchanté, je suis Antoni, et je viens de baiser comme il se doit votre pute.- elle a bien bossé ?- pas mal, on pensait la garder un peu.- Comment ça ?- on rentre en Pologne tout à l’heure, le voyage est un peu long alors un peu de compagnie on est pas contre.- et après ? j’en ai besoin ici moi- à dire vrai on pensait la laisser dans un bordel- vous avez des bordels en Pologne ?- oh oui, certains class’ d’autres beaucoup moins.- et celui où vous pensiez y mettre Angelina ?- on y va de temps en temps, pas très class’, mais c’est pas cher et discret. Les filles sont bonnes là bas et très dociles.- elles sont bien traitées ?- pas que je sache, mais de toute façon elles n’ont pas trop le choix. En général après elles sont revendues et finissent en France, en Allemagne ou en Espagne.- parfait, combien de temps vous restez en Pologne ?- trois semaines- et après vous me la ramenez ?- ben faudra voir ça avec Youri ?- c’est qui Youri ?- le patron du bordel- vous pourrez me mettre en relation avec lui une fois arrivés ?- on fait comme ça- repassez moi Angelina- Madame Élodie, vous n’allez pas faire ça ? dis-je- et pourquoi pas, je t’avais promis deux semaines de trottoir, à la place je t’offre trois semaines dans un bordel polonais. Tu vas voir ce que c’est l’abatage.- mais…..- après trois semaines là bas on verra si tu parles toujours autant. Je négocierai avec ton patron là bas. Et s’il n’est pas content de toi, peut être bien que je t’abandonnerai là bas. Tu finiras certainement dans un bordel au fin fond de la Russie. Récupère tes affaires, les vacances sont terminées.Je suis désespéré, il a y encore quelques jours je menais tranquillement ma vie en France, et là je m’apprête à partir en Pologne afin de travailler comme…… prostituée dans un bordel. j’ai jamais voulu ça. Après avoir récupéré mes affaires, nous partons pour l’Europe de l’Est. Bien entendu Antoni et Bogdan profitent largement de moi. Quand l’un conduit, l’autre me baise à l’arrière. Parfois je dors avec eux, parfois ils m’enferment dans la remorque. Ils jouent même aux petits macs en me vendant auprès de leurs collègues routiers. Un soir, nous arrivons en Tchéquie. Après avoir livré leur cargaison, nous nous arrêtons sur un parking en rase campagne pour la nuit. Antoni prend sa CB.- salut les gars c’est Antoni & Bogdan, on est à Sezemice. Rendez-vous sur le parking, on a une surprise !- d’abord à la douche, toi aussi la pute, et fais toi belle ! Je prends ma valise, et nous nous dirigeons vers le relais routier. Antoni et Bogdan vont chez les hommes. – toi c’est là dit Bogdan en me montrant les toilettes pour femmes. Je rentre dans une grande pièce, équipée de trois WC et trois cabines de douche. On se croirait revenu en arrière. Tout est gris, les murs sont sales, quand au sol….. je pose ma valise, me déshabille et rentre dans une cabine de douche. Je trouve un morceau de savon abandonné. Une fois lavé, j’entre-ouvre la porte pour vérifier que personne n’est là. Je cherche dans ma valise de quoi me mettre. j’enfile un string rouge, ainsi qu’un soutien-gorge foulard en dentelle de la même couleur. Pour le bas, des porte-jarretelles et bas noirs. Par dessus, une jupe courte droite et un caraco en haut. Je me maquille et me coiffe.Une femme fait son entrée, la soixantaine, un peu grosse. Elle me regarde, puis rentre dans un des wc. Elle en ressort, puis sans rien dire quitte les lieux. Elle n’a pas eu l’air surprise de me voir ici. Je retrouve mes deux polonais au bar en discussion avec un homme. Ils me font signe d’approcher. – voila c’est elle dit Bogdan, ok pour toi ?- okDes billets s’échangent. – tu vas avec lui me dit Antoni- laisse ta valise iciL’inconnu me prend par le bras et m’entraîne vers son camion, un vieux modèle digne des années 70. A peine arrivés, ses grosses mains sont déjà sur moi. Il me plaque contre son camion, ses mains se baladant partout sur moi. Il m’embrasse, avec une haleine de bière et de cigarettes brunes. Il aspire ma langue, puis m’embrasse dans le coup, et descend le long de mon corps. Il relève mon caraco, me caresse les seins, puis lèche mon ventre. Avec ses mains il me retourne contre le camion. Il relève ma jupe, décale la ficelle de mon string, écarte mes fesses et commence à lécher mon petit trou. Il crache dessus pour bien l’humidifier puis me pénètre avec un doigt. j’accroche mes mains à la bâche du camion et écarte un peu plus les cuisses. L’homme me « bouffe » le cul. Il me met des coups de langues, puis remet un doigt, puis deux. Il rentre et ressors. Au bout d’un moment, il se relève, je l’entends qui défait son pantalon, baisse sa braguette. – uletayet !!je ne comprends pas.- ULETAYET dit il plus fortj’écarte un peu plus les cuisses, pensant que c’est ce qu’il veut. Je sens sa bite se présenter devant mon anus. – rrrrrrrrhhhhhje ne comprends pas ce qu’il dit. j’ai l’impression d’avoir plus affaire à une bête qu’à un homme. Il pousse, sa bite commence à me pénétrer. Ses mains sur mes hanches, l’homme continue sa progression entre mes fesses. – rhhhhhaaaaaaaaToujours ces bruits bizarres. Ces mains remontent le long de mon corps, puis viennent se poser sur les miennes, toujours accrochées à la bâche de son camion. Ils serrent mes poignets. Il est à présent complètement en moi. – tu es à moi pute me dit-il avec un fort accent russe.Il ne va pas vite, mais me met de grands coups de bite. Lentement. – rhaaa, rhaaa, rhaaaa.Ses mains me tiennent fermement les poignets. Ses coups de bassin se font plus forts. Il accélère la cadence. Sa main droite tient mon poignet droit pendant que sa main gauche vient sur ma hanche afin de mieux me tenir. – cyka cyka !!!il met tout son poids vers moi. Comme s’il se défoulait. il m’att**** par les hanches, se retire puis re-rentre d’un coup sans ménagement. Son souffle s’accélère, je sens son haleine sur ma nuque. – moi jouir en toi……. Haaaaaaaaaaaaaa !!il déverse au fond de mon ventre son jus. Je le sens se rependre en moi. l’homme se retire, du sperme ressort de mon cul, avec sa queue il me le remet à l’intérieur. Il termine en me mettant une claque sur les fesses. Je me retourne, arrange ma jupe. – casse toi cyka !!je retourne au relais, Antoni et Bogdan sont toujours au bar, est discute avec un homme moustachu. Habillé en treillis militaire, casquette de chasse sur la tête. – ah la voila enfin, juste une pipe alors ?- da- allez, tu suis IgorL’homme m’entraîne vers les toilettes des hommes. l’état de propreté est encore pire que chez les femmes. l’odeur d’urine limite supportable. l’homme rentre dans une cabine, et s’assoit sur les WC. Je rentre et ferme derrière moi. – enlève jupe et hautJ’ôte ma jupe et le caraco et les accroche à une patère. – mmmmh, bonne. A genouxje rechigne à me mettre à genoux quand je vois l’état de crasse des lieux. Mais n’ayant guère le choix, je m’agenouille devant cet homme. Je défais son pantalon, baisse la braguette et plonge ma main dans son slip pour en sortir son sexe. – suceje commence à branler son sexe, et approche mon visage. L’odeur est déjà dure à supporter, j’ai peur de l’avaler. Depuis quand ce type ne s’est-il pas lavé ? – j’ai dit, SUCE !Igor ne me laisse aucun répit, met sa main sur ma tête et me fait descendre jusqu’à sa bite. J’ouvre la bouche, et avale ce sexe. L’odeur et le goût sont horribles. Je m’applique au mieux mais ça m’est difficile. Le sexe d’Igor grossit sous mes coups de langue. j’ai l’impression d’être une lingette. – mmmmh bonne bouche, toi regarder Igor !Je lève les yeux vers Igor qui maintient sa main sur ma nuque. Il a l’air de profiter pleinement de cette situation, avoir l’ascendant sur moi. Je monte et je descends sur son engin, tout en le masturbant de la main droite. De temps en temps, j’entends des hommes venir aux toilettes. Certains restent même longtemps. Savent-ils ce qui se passe ici ? Surtout qu’Igor ne se cache pas et laisse par moment éclater son plaisir par des mots ou des bruits. Cela doit bien faire 20mn que suis à genoux devant lui à lui sucer la queue. Mais il a l’air d’en vouloir encore. – toi sucer encore Igor !!J’aimerai bien qu’il jouisse afin que ça s’arrête, alors j’accélère le mouvement, je le branle de plus en plus vite, j’essaye d’avaler son sexe au plus loin. – daaaaaaaaaJe sens qu’il va jouir. Sa main me tient fermement la tête, puis je sens son sexe se gonfler et d’un coup Igor m’envoie dans la bouche de bonnes grosses giclées de sperme. – haaaaaaaaaaaason liquide épais m’envahit la bouche, j’avale difficilement tellement son goût est ignoble. Je reste à genoux dans ce WC crasseux pendant qu’Igor range son sexe et me laisse.- bonne pute !!je me relève, me rhabille et me dirige vers un des lavabos. Je dois avoir une haleine horrible. Je trouve du savon pour me laver la bouche. j’ai tellement envie de vomir que je me lave complètement la bouche avec. Deux hommes rentrent. Je me dépêche de finir. Ils me regardent avec insistance. – ty videl? eto frantsuzskaya shlyukha- ona khoroshaya je ne m’attarde pas et quitte les lieux. Antoni et Bogdan me ramènent au camion. – on est crevés, tu dors dans la remorqueAu moins je serai tranquille pensais-je.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*